Téléphone: 01 84 23 01 93
pompe a chaleur air air 1

Pompe à chaleur (PAC) : Le Guide Complet 2021

  • Non classé
  • Aucun commentaire
  • Yoel Zirah

Pompe à chaleur (PAC) : Le Guide Complet 2021

Comme la consommation énergétique représente l’un des principaux postes de dépense dans une maison, il s’avère urgent de trouver un moyen de faire diminuer sa facture. La pompe à chaleur compte parmi les solutions écologiques les plus performantes, pour assurer la production d’eau chaude sanitaire et le chauffage. Vous voulez savoir comment fonctionne ce dispositif ? Voici un guide complet 2021.

Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Aussi appelée PAC, la pompe à chaleur est un appareil utilisant un dispositif thermodynamique. Elle permet de déplacer de la chaleur d’un endroit froid vers un autre à chauffer. En d’autres termes, la pompe à chaleur utilise les calories présentes dans la nature, dans le but de les transformer en chaleur. Il est à souligner que ce dispositif s’inscrit dans une démarche de transition énergétique et de lutte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Fonctionnement d’une pompe à chaleur

Vous souhaitez changer votre vieille chaudière au fioul en une pompe à chaleur ? On vous explique, en détail, le fonctionnement de cet appareil.

Le principe de fonctionnement de ce dispositif est celui d’un réfrigérateur inversé. Ainsi, au lieu d’extraire la chaleur d’un milieu pour le refroidir, cet appareil exploite la chaleur de l’environnement pour le transférer dans une maison. Les pompes à chaleur suivent un cycle de changement de phase, qui se déroule en quatre temps :

  • L’évaporateur extrait les calories de la source exploitée (sol, eau, air). Puis, il les transmet au liquide caloporteur.
  • Ce liquide caloporteur change d’état. Ensuite, il se transforme en gaz chaud, sous l’action du compresseur.
  • Grâce à la puissance thermique du condenseur, il retrouve sa forme originelle.
  • Le détendeur agit pour faire baisser la température. Par ailleurs, la pression du fluide frigorigène diminue pour regagner son niveau initial. Puis, le processus reprend.

Un module, appelé unité extérieure, est placé dehors pour capter les calories. En parallèle, le logement reçoit une unité intérieure, voire plusieurs pour diffuser la chaleur. Et grâce à cette ressource naturelle et gratuite, vous avez la possibilité de vous faire des économies d’énergie.

Bon à savoir

Sur certains équipements, le principe de fonctionnement pour abaisser la température en été peut s’inverser. L’appareil absorbe les calories dans la maison, pour les rejeter ensuite à l’extérieur. La pompe à chaleur est, dans ce cas, appelée « réversible » et confère à votre habitation un rafraîchissement agréable.

pompe a chaleur air air 1

La pompe à chaleur géothermie

La pompe à chaleur géothermique assure la production d’eau chaude sanitaire et le chauffage d’un logement. Son fonctionnement est ingénieux : des capteurs qui sont enfouis dans le sol captent la chaleur de la Terre. Cette chaleur va ensuite être diffusée dans le logement par les émetteurs de chaleur grâce à un circuit d’eau chaude ou de chauffage. Tel est, par exemple, le cas d’un plancher chauffant ou des radiateurs.

Les différents capteurs d’une Pompe à chaleur géothermique

L’utilisation de la géothermie requiert un réseau de captage enterré dans le sol. En fonction du type de capteur utilisé, vous devrez disposer d’une surface de jardin plus ou moins importante. Différents types de capteurs peuvent ainsi être utilisés. Chacun nécessite une installation différente et permet à la pompe à chaleur d’équiper la plupart des logements. Actuellement, on distingue trois types de captages, à savoir :

  • Le captage horizontal au sol : celui-ci est la solution la plus utilisée en France, vu qu’il ne nécessite point de travaux. On enterre les capteurs à une profondeur allant de 0,6 à 1m20. Ces capteurs recouvrent une large surface de terrain. Le réseau doit être au moins égal à 1,5 fois la surface du milieu à chauffer.
  • Le captage vertical au sol : celui-ci est conseillé pour les petits terrains. Les capteurs sont enfouis à une profondeur qui peut aller jusqu’à 100m. Ce type de captage est très efficace, étant donné  que les sondes sont moins sensibles aux changements de température du fait de leur profondeur. À noter que le coût d’une pompe à chaleur équipée de capteurs verticaux est plus élevé, car les travaux sont assez conséquents.
  • Le captage vertical sur nappe phréatique : celui-ci convient pour une maison située au-dessus d’une nappe. Ce système est plus performant, car la température de l’eau d’une nappe phréatique est souvent comprise entre 8 et 12°C.

COP et Puissance d’une Pompe à chaleur géothermique

Afin de juger de la performance d’une pompe à chaleur géothermique, vous pouvez vous référer aux deux points suivants :

  • Le COP (coefficient de performance) : il s’agit du nombre de kWh de chaleur produits pour 1 kWh d’électricité consommée. Pour une PAC géothermique, le COP est compris entre 3 et 4. Donc, la consommation électrique de cet appareil est minime.
  • La puissance : les pompe à chaleur géothermiques ont une puissance qui se situe généralement entre 5 et 20 kWh.

Pompe à chaleur air-air

Le principe de fonctionnement de la Pompe à chaleur air-air est simple. L’appareil extrait les calories présentes dans l’air extérieur pour chauffer un logement. Comme nous l’avons expliqué, la pompe à chaleur requiert deux unités. La première, située à l’extérieur, capte les calories de l’air. La seconde, à l’intérieur, diffuse la chaleur au sein du logement. Ce processus s’effectue grâce à un ventilo-convecteur.

En exploitant l’énergie gratuite de l’air, vous ne payez que l’électricité nécessaire à la circulation du fluide caloporteur. Vous pourrez, dès lors, scinder vos factures de chauffage par 3. Ces économies vous permettront d’amortir en seulement quelques années le prix de la Pompe à chaleur air-air.

Très simple à installer, il suffit de disposer d’une cour ou d’un jardin pour y mettre l’unité extérieure. Il est conseillé de choisir un emplacement générant le moins de bruit pour le voisinage. De plus, il vous faut un endroit dans votre logement pour installer les unités intérieures. Les ventilo-convecteurs doivent, quant à eux, être installés au-dessus des portes des pièces à chauffer. La jonction entre les deux s’effectue grâce à un circuit de fluide frigorigène.

Pompe à chaleur air-eau

La pompe à chaleur air-eau permet d’assurer la production d’eau chaude et le chauffage d’un logement. Son principe de fonctionnement est simple : une unité extérieure puise les calories de l’air extérieur, pour les injecter dans le circuit de chauffage central et d’eau chaude du logement.

La pompe à chaleur air-eau est souvent associée à un autre système de chauffage. Néanmoins, les modèles les plus performants pourront chauffer une maison sans chauffage d’appoint, si les températures extérieures ne sont point rudes. Pour un rendement énergétique maximal, il vaut mieux privilégier des émetteurs de chaleur à basse température, comme un plancher chauffant.

Comme vous le constatez, la Pompe à chaleur représente un investissement important. Néanmoins, ce dispositif est éligible à de nombreuses aides financières mises en place par le gouvernement, comme:

  • La prime énergie
  • MaPrimeRénov’
  • L’éco-prêt à taux zéro
  • TVA à 5,5%
  • Nouveau CITE

En cumulant quelques-unes de ces aides financières, vous pourrez amortir le prix d’achat de la pompe à chaleur.

ma prime renov logo

Quid de l’entretien ? Si la pompe à chaleur contient plus de 2kg de fluide frigorigène, un entretien est obligatoire, au moins une fois par an. Il vaut mieux avoir recours à un installateur qualifié. Néanmoins, vous pourrez effectuer un entretien minime et régulier, comme le dépoussiérage de l’unité extérieure. Ceci permet d’allonger la durée de vie de l’appareil, jusqu’à 20 ans.

primes energie logo

Alors, besoin de remplacer votre chauffage électrique et de réduire votre facture de chauffage ? Optez pour nos modèles de Pompe à chaleur, pour assurer votre confort, en été comme en hiver. Vecteur Énergie vous aide à accéder à une indépendance énergétique, afin de préserver notre environnement et profiter d’un monde plus vert et plus durable !

Quelle température avec une pompe à chaleur ?

On peut classer les Pompes à chaleur en deux catégories, selon la température de l’eau qu’elles produisent.

  • Les Pompes à chaleur dites « basse température »
  • Les Pompes à chaleur dites « haute température »

La performance énergétique de la pompe à chaleur dépend essentiellement de la température de sortie de l’eau. Par ailleurs, c’est elle qui oriente la pompe à chaleur vers un type d’émetteur plutôt qu’un autre.

Les pompe à chaleur basse température

Quand les pompes à chaleur sont à basse température, elles fournissent une eau avec une température de 35°C à 45°C. Cette température convient aux émetteurs de chauffage fonctionnant eux-mêmes à basse température, à savoir les radiateurs « basse température » et les planchers chauffants. Ce type de Pompe à chaleur est le plus performant, puisque l’écart de température entre l’air extérieur et l’eau de chauffage est moindre. En effet, plus l’écart est faible, mieux le rendement de la Pompe à chaleur sera. C’est pourquoi, l’installation à privilégier dans le cadre d’une construction neuve est l’association d’une Pompe à chaleur basse température avec un plancher chauffant.

Les pompe à chaleur haute température

Pour les Pompes à chaleur haute température, la température de sortie d’eau avoisine les 65°C. Ce modèle convient donc aux radiateurs haute température (radiateurs en fonte). À noter que le rendement peut s’avérer moins bon que celui de la pompe à chaleur basse température et le coût plus élevé. Néanmoins, ce modèle peut être un choix judicieux si vous envisagez de rénover une ancienne maison possédant déjà un réseau de radiateurs. En effet, il ne sera plus nécessaire de changer tous les émetteurs.

pompe a chaleur air eau

Quels sont les avantages d’une Pompe à chaleur ?

Une pompe à chaleur n’est pas qu’un simple système de chauffage, de climatisation ou d’eau chaude sanitaire. Les pompes à chaleur présentent de multiples atouts, tant pour les économies d’énergie que pour le confort qu’elles vous procurent.

Une démarche responsable et écologique

Ce système de chauffage est respectueux de l’environnement. Certes, les pompes à chaleur consomment de l’électricité et contribuent également aux rejets de CO2. Néanmoins, puisqu’elles puisent les calories dans l’air extérieur, cela réduit l’impact sur l’environnement. Elles rejettent, de ce fait, bien moins de CO2 dans l’atmosphère que les dispositifs de chauffage classiques.

Une économie d’énergie importante

Non seulement, les pompes à chaleur sont écologiques, mais en plus elles sont très économiques. Actuellement, ce dispositif présente des coefficients de performance très élevés. Ce qui leur confère un rendement optimal.

Par ailleurs, quel que soit le type de pompe à chaleur utilisé, la plupart de l’énergie émise dans le logement est extraite dans l’air extérieur. Il s’agit d’une ressource totalement inépuisable et gratuite. En d’autres termes, elle consomme peu d’électricité. Bien évidemment, l’économie d’énergie varie en fonction de la qualité de l’isolation du logement.

Le confort

La majorité des pompes à chaleur ont le mérite d’être réversibles. C’est-à-dire qu’elles assurent en même temps la climatisation et le chauffage. Ce type d’équipement confère à toutes les pièces du logement une température stable, quelle que soit la saison. Par ailleurs, les pompes à chaleur chauffent très rapidement et fonctionnent de façon autonome. On les utilise généralement dans des climats tempérés.

Un faible besoin d’entretien

Une chaudière à gaz doit être nettoyée et réglée au moins une fois par an. Cela permet d’éviter le risque d’asphyxie au monoxyde de carbone. Avec la pompe à chaleur, en revanche, l’entretien s’avère bien plus simple. Par ailleurs, celui-ci n’est pas obligatoire si la quantité de fluide frigorigène est inférieure à 2 kg.

pompe a chaleur economie energie

Une éligibilité aux aides financières

Dans sa démarche écologique, l’État propose aujourd’hui plusieurs aides en vue de réduire considérablement le coût d’installation d’une pompe à chaleur, à savoir :

  • Le crédit d’impôt
  • La prime énergie
  • MaPrimeRénov’
  • L’Eco Prêt à taux zéro
  • Le TVA à taux réduit
  • Etc.

Quels sont les inconvénients d’une pompe à chaleur ?

Malgré leur succès grandissant, les pompes à chaleur  ont aussi leurs limites. Passons en revue leurs principaux inconvénients pour vous assurer que l’installation de la pompe à chaleur  est pertinente et possible pour votre logement.

L’unité extérieure

Certes, les pompes à chaleur sont confortables pour leur propriétaire. Mais elles le sont nettement moins pour le voisinage. En effet, elles peuvent parfois être bruyantes durant leur fonctionnement. Cette raison pousse souvent les copropriétés à interdire l’installation de la pompe à chaleur . Il faudra donc vous assurer si ce type d’appareil est autorisé. Par ailleurs, vous devez également vérifier s’il est possible de trouver un emplacement peu dérangeant pour les voisins.

Outre le bruit de l’unité extérieure, cette dernière doit également être placée selon d’autres critères qui déterminent son efficacité. Seul un spécialiste des pompe à chaleur  est, dès lors, en mesure de trouver l’emplacement idéal.

Les écarts de température

Selon les modèles de pompe à chaleur, l’appareil perd sensiblement en efficacité à partir de -10 ou -20°C. Dans ce cas, il est nécessaire d’utiliser en parallèle un système de chauffage d’appoint. Vous pouvez également mettre en place une chaudière.

Le coût

Même si elle est éligible à plusieurs types d’aides, elle nécessite tout de même une somme conséquente. Le coût de la pompe à chaleur  doit être bien anticipé dans le budget, en rénovation comme en neuf.

Néanmoins, les pompes à chaleur  n’en restent pas moins un investissement intelligent à long terme. Les frais de fonctionnement vous permettent de réaliser plusieurs économies sur vos factures d’énergie. Par ailleurs, le mécanisme qui se cache derrière fait simplement déplacer la chaleur d’un milieu à un autre. Sans oublier que le gouvernement vous aide à passer à une solution d’énergie verte, grâce à leurs aides financières. En un mot comme en cent, les pompes à chaleur  en valent bien la peine !

Quel est le rôle d’une pompe à chaleur ?

Qu’il s’agisse d’anciens bâtiments, de bâtiments historiques ou d’un projet neuf, l’installation de la pompe à chaleur est toujours envisageable. Etant un système de chauffage de nouveau genre  et à la pointe de la technologie, la pompe à chaleur se distingue par son mode de fonctionnement particulier. Mais à quoi servent exactement les pompes à chaleur ? Sont-elles adaptées à tous les logements ? Voici nos réponses.

pompe a chaleur avantage inconvenient

Une production d’eau chaude sanitaire

Une PAC assure l’ensemble de la production d’eau chaude. Dans le réservoir du boiler pompe à chaleur, un volume d’eau conséquent s’y emmagasine, à basse température. L’eau est ensuite chauffée à l’aide de l’énergie thermique présente dans l’air extérieur. Ce processus s’effectue grâce à un échangeur de chaleur raccordé à la pompe à chaleur.

Ainsi, quand vous prenez une douche, l’eau du réservoir vient se mélanger à l’eau froide. Ce qui permet à l’eau de la baignoire ou de la douche d’atteindre une bonne température. À noter que l’eau du réservoir se réchauffe de façon régulière, à 70°C.

  • La pompe à chaleur peut donc fonctionner à basse température. Ce qui permet de générer un rendement intéressant.
  • La température de l’eau du réservoir ne peut pas dépasser les 60°C. D’où il n’y a aucun risque de calcaire.
  • Cette basse température permet aussi de réduire les risques de brûlure.

Une solution de chauffage

Outre la production d’eau chaude sanitaire, une pompe à chaleur est également une solution de chauffage moderne à énergie renouvelable. Notre environnement : le sol, l’eau des nappes phréatiques, l’air… stocke l’énergie qui nous dispense le soleil. La pompe à chaleur va récupérer cette énergie gratuite et inépuisable pour s’en servir pour le chauffage. Et si la pompe à chaleur est dotée d’un compresseur électrique, elle vous permet des économies d’énergie de 50% à 70% dans le meilleur des cas, par rapport à une solution classique de chauffage électrique.

Un rafraîchissement en été

Les pompes à chaleur sont également capables de rafraîchir un logement. Néanmoins, il s’agit uniquement des modèles réversibles qui ont été conçus pour cet usage. Par ailleurs, il n’y a que la pompe à chaleur aérothermique air-air qui permet de climatiser une maison avec une grande efficacité. On distingue deux types de rafraîchissement : le rafraîchissement passif et le rafraîchissement actif.

  • Rafraîchissement actif

Le fonctionnement de la PAC est inversé. Le compresseur est en fonctionnement. La chaleur qui a été puisée à l’intérieur est amenée à un niveau de température plus élevé. La chaleur est ainsi évacuée à la source de chaleur (eau, terre, air extérieur). De par la différence de température lors du transfert à la source de chaleur, la charge frigorifique peut être cédée sur une assez longue période. Ainsi, le plein effet rafraîchissant va être maintenu pendant des mois.

  • Rafraîchissement passif

Le compresseur de la PAC ne fonctionne pas. Ainsi, l’appareil reste « passif ». Le niveau de température de la terre est assez proche de celui à l’intérieur du bâtiment. Par ailleurs, la puissance frigorifique diminue très vite. Pour cette raison, ce type de rafraîchissement n’est recommandé que quand l’eau est la source de chaleur.

Comment chauffer une maison avec une pompe à chaleur ?

Chaque type de pompe à chaleur présente ses propres caractéristiques. Ainsi, le processus de chauffage de votre logement peut être différent selon la pompe à chaleur que vous utilisez.

Pour une pompe à chaleur utilisant comme source l’air, le processus de chauffage de la maison se fait de deux manières. La première s’effectue par un diffuseur centralisé. La chaleur est donc diffusée dans toute la maison à travers des grilles qui sont placées dans toutes les pièces. La seconde se fait par des ventilo-convecteurs. Ces derniers sont installés comme des radiateurs. Ils sont collés aux murs et diffusent la chaleur dans toute la maison. La PAC à air est l’idéal pour les maisons situées dans les zones à climat tempéré.

Pour une pompe à chaleur eau, celle-ci puise ses sources dans un point d’eau situé dans les environs. Le processus de chauffage aide à chauffer l’eau sanitaire interne et la maison. Néanmoins, le recours à cette pompe à chaleur n’est envisageable que lorsque vous disposez d’un point d’eau intarissable à côté.

Pour une pompe à chaleur à chaleur utilisant comme source le sol, la pompe utilise une technique dite de « détente directe ». La source reste le sol se trouvant dans les environs de la construction. Les calories sont alors rediffusées à travers un circuit unique. On les déverse ensuite dans un système de plancher chauffant.

Est-ce que la pompe à chaleur est économique ?

La pompe à chaleur séduit de plus en plus les Français. En effet, un foyer sur trois utilise un système de chauffage avec une pompe à chaleur. Mais avant de se lancer, encore faut-il s’assurer si ce dispositif convient réellement à votre logement et est rentable.

Pour évaluer la rentabilité d’une pompe à chaleur, plusieurs éléments doivent être pris en considération, comme :

Les conditions extérieures 

La pompe à chaleur est généralement un appareil robuste et fiable pendant une longue durée. Néanmoins, son efficacité énergétique dépend des conditions météorologiques du milieu dans lequel vous vivez. Par ailleurs, cela varie selon votre mode de vie.

Ainsi, une pompe à chaleur qui capte les calories dans l’air peut s’avérer moins efficace dans les endroits où l’hiver est très rude. La géothermie a le mérite de ne pas être très sensible aux écarts de température. Toutefois, l’investissement de base est plus conséquent.

Le Coefficient de Performance

La rentabilité de cet appareil dépend de son COP. Celui-ci renvoie au rapport entre la chaleur produite et l’électricité consommée pour y parvenir. Plus le COP est élevé, plus l’équipement est puissant et vous permet ainsi de faire des économies d’énergie. Chaque modèle de pompe à chaleur possède son propre COP. Chez les systèmes les moins performants, celui-ci est compris entre 2 et 2,5. Pour les systèmes les plus performants, le COP peut atteindre 7. Autrement dit, ces pompes à chaleur vont donc restituer 7 unités d’énergie pour chaque unité d’énergie qu’elles consomment. Pensez toujours à demander le COP de la pompe à chaleur que vous envisagez d’installer chez vous.

Le type de pompe à chaleur

Si les pompes à chaleur vous permettent toutes de réaliser des économies d’énergie, la rentabilité diffère d’un modèle à un autre :

  • Pompe à chaleur air-air : avec cet équipement, vous pouvez faire une économie supérieure à 35% sur vos factures d’électricité.
    • Pompe à chaleur air-eau : cet équipement est particulièrement rentable, car il vous aide à faire des économies d’énergie considérables. On estime qu’une pompe à chaleur air-eau peut faire baisser vos factures de 1000€ par an environ.
    • Pompe à chaleur géothermique : les économies d’énergie sont aussi très importantes. Les factures d’électricité pourront être réduites de 65%.

Combien d’années pour rentabiliser sa pompe à chaleur ?

On estime la rentabilisation d’une pompe à chaleur à moins de 5 années en moyenne, pour un investissement initial de 15.000€. Néanmoins, ces chiffres doivent être appréciés avec recul. Ils se basent sur une utilisation optimale de la pompe à chaleur (capacités adaptées au logement, obtention d’un crédit d’impôt maximal de 40%). Dans la réalité, l’utilisation de la pompe à chaleur peut réserver de mauvaises surprises. C’est surtout le cas si elle est surdimensionnée ou sous-dimensionnée par rapport aux besoins. À noter qu’un dimensionnement sous-évalué ou surévalué entraîne une consommation énergétique encore plus importante. Par ailleurs, cela implique, dans certains cas, d’installer des chauffages d’appoint qui sont beaucoup plus gourmands en énergie. Enfin, un habitat mal isolé peut aussi générer déperdition et surconsommation d’électricité.

Les points à considérer avant d’investir dans une pompe à chaleur

  • Si la maison est mal orientée ou mal isolée, l’efficacité de la pompe à chaleur sera réduite.
  • Une pompe à chaleur se révèle souvent moins performante dans des régions très froides en hiver. Pensez donc à lui adjoindre un autre mode de chauffage ou à prévoir des chauffages d’appoint.
  • Il faut bien étudier l’emplacement adapté à la pompe à chaleur pour maximiser ses performances.
    • Protection conte les vents dominants
    • Mise hors d’eau et hors neige
    • Isolation de la tuyauterie
    • Élimination des divers obstacles susceptibles de faire obstruction à la chaleur…

Quel est l’intérêt d’une pompe à chaleur par rapport à un chauffage électrique ?

Le choix entre un chauffage électrique et une pompe à chaleur peut se poser lorsque la maison n’est pas équipée d’un chauffage central. Voici les raisons pour lesquelles une pompe à chaleur peut être une alternative intéressante :

Ses performances

Dans les régions où l’hiver n’est pas très rude, une pompe à chaleur peut être particulièrement performante par rapport à un chauffage électrique. Dans de bonnes conditions, la pompe à chaleur a un COP d’au moins 2 à 2,5. Or, il faut rappeler que pour les radiateurs électriques, leurs performances ne dépendent pas des conditions climatiques. Leur COP ne dépasse jamais le 1. Ainsi, pour 1 kWh acheté au réseau électrique, 1 kWh de chaleur va être restitué.

Un bénéfice environnemental

La pompe à chaleur utilise l’énergie issue de l’environnement, sans émettre beaucoup de CO2 comme le font des chaudières au fioul, par exemple. Une pompe à chaleur fait donc partie des modes de chauffage alternatif, puisqu’elle est alimentée par des énergies gratuites. La plus-value est donc évidente, par rapport au chauffage électrique. En effet, il s’agit bien de l’un des systèmes les plus écologiques du marché.

Éligibles aux aides publiques

Vous pourrez bénéficier de nombreuses aides financières pour l’installation d’une pompe à chaleur : MaPrimeRénov’, crédit d’impôt, éco prêt à taux zéro, coup de pouce et bien plus. Attention toutefois, car seules les pompes à chaleur de type air/eau ou eau/eau sont éligibles. Les pompes à chaleur air/air sont exclues, car elles sont évaluées trop énergivores.

Pompe à chaleur : quelle est sa consommation électrique ?

Certes, la pompe à chaleur est considérée comme une énergie renouvelable. Néanmoins, elle a besoin d’électricité pour fonctionner. Bien entendu, sa consommation électrique est moins importante qu’un système de chauffage classique.

Il s’avère difficile de donner un chiffre exact sur la consommation électrique d’une pompe à chaleur. Comme nous l’avons vu, cet appareil dépend de nombreux paramètres qui peuvent faire varier sa performance énergétique. Voici quelques chiffres, à titre indicatif, pour vous donner une idée de la consommation électrique d’une pompe à chaleur. Néanmoins, ceux-ci ne s’appliquent pas pour toutes les situations.

  • Pompe à chaleur air/air (COP 4) : si c’est pour une maison avec une surface de 100 m², la consommation énergétique est de 5100 kWh environ. Vous devrez donc vous acquitter de 934 €/ an, au tarif réglementé.
  • Pompe à chaleur sol/ eau ou sol/air (COP 5) : si c’est pour une maison mesurant 150 m², la consommation énergétique s’élève à 5250 kWh environ, soit de 1008€/ an.
  • Pompe à chaleur eau/eau (COP 5) : pour une maison de 220 m², la consommation énergétique est de 7.700 kWh, soit de 1407 €/an.

Ces chiffres peuvent varier sensiblement selon :

  • La surface du logement
  • Sa hauteur sous plafond
  • Le nombre de personnes demeurant au sein du logement
  • La qualité de l’isolation
  • Le climat extérieur 

Quid de la durée de vie d’une pompe à chaleur ?

La longévité des pompe à chaleur est l’une des questions les plus récurrentes lors du choix de l’équipement. Les pompes à chaleur possèdent une durée de vie comprise entre quinze et vingt ans, en moyenne. Néanmoins, l’installation ainsi que l’entretien régulier pourront influencer cette pérennité. Ils sont susceptibles de la réduire ou de l’augmenter.

Optez pour le bon matériel

La durabilité de cet équipement est similaire à celle d’une chaudière au gaz. Il faudra donc bien la choisir. Les pompes à chaleur doivent être bien adaptées à vos besoins réels de chauffage. Si elles sont sous ou surdimensionnées, elles risquent de se fatiguer rapidement. Ainsi, cela réduit leur temps d’utilisation. Et vous devrez les réparer plus vite que prévu.

En outre, il faudra également penser au travail à effectuer. Est-ce que vous voulez juste chauffer la température intérieure du logement en saison ? Ou le rafraîchissement en été doit lui aussi être assuré ? Et enfin, avez-vous prévu la production d’eau chaude sanitaire ?

L’élément le plus crucial est le compresseur. C’est lui qui détermine la longévité de votre pompe à chaleur. Ainsi, plus il est sollicité, moins il va résister. Faites donc attention à ce que les cycles de démarrage ne se succèdent pas trop vite.


Effectuez une maintenance régulière de votre pompe à chaleur

Pour profiter pleinement des économies d’énergie, il est important de bien entretenir votre appareil. On vous conseille de le protéger de l’eau et des vents forts. Vous devez, par ailleurs, penser à faire la maintenance annuelle par un professionnel agréé, comme chez Vecteur Énergie. Nous vérifions le bon fonctionnement de votre système ainsi que son état électrique. Nous pourrons également repérer les fuites de fluide et procèderons tout de suite aux réparations, le cas échéant.

Nous pourrons aussi vous préconiser des actions pour en optimiser le potentiel. En bref, un entretien régulier est le gage d’une longévité optimale de votre pompe à chaleur. Bien sûr, il est probable que vous aurez à changer quelques pièces défectueuses. Mais cela sera beaucoup moins onéreux que le fait de tout remplacer. En fin de vie, un recyclage doit être fait par une entreprise spécialisée.

A combien s’élève le prix de cet équipement ?

Le prix d’une pompe à chaleur peut varier en fonction du type de PAC sélectionnée. Par ailleurs, tout dépend également du montant des dépenses liées à l’intervention d’un professionnel.

Le coût des pompes à chaleur géothermiques

Les pompe à chaleur géothermiques offrent des économies d’énergie plus importantes que leurs homologues aérothermiques. La pompe à chaleur géothermique affiche donc un prix à l’achat plus élevé. Pour ce type de pompe à chaleur, vous devez prévoir un budget allant de 10.000 € à 20.000€.

Le coût des pompe à chaleur aérothermiques

Le prix d’une pompe à chaleur  aérothermique est estimé entre 65 € à 90€ par m² chauffé. Bien évidemment, ces tarifs sont soumis à variation en fonction du type de pompe à chaleur aérothermique choisi. Le coût d’une pompe à chaleur air/eau est, par exemple, plus élevé que celui d’une pompe à chaleur air/air. Pour une pompe à chaleur air/eau, un budget compris entre 6300€ à 12800€ est adapté. Tandis que pour une pompe à chaleur air/air, le prix est de 5000€ à 8000€. En moyenne, les particuliers dans l’Hexagone qui investissent dans une pompe à chaleur aérothermique peuvent dépenser aux alentours de 7000€.

Le coût de l’installation d’une pompe à chaleur

Sachez qu’au tarif du matériel s’ajoute également le coût de l’installation par un professionnel. Si vous ne possédez pas une expertise dans ce domaine ainsi que les compétences requises pour ce type de travaux, il faudra faire appel à un professionnel.

Le coût de la main-d’œuvre varie en fonction de plusieurs éléments, dont le type de pompe à chaleur installée.

  • pompe à chaleur air/air : le coût de la pose est de 900€ à 3250 €.
  • pompe à chaleur air/eau : le prix de l’installation est compris entre 700€ à 2500€.
  • pompe à chaleur eau/eau : le prix s’élève entre 1200€ à 2700€.
  • pompe à chaleur sol/eau : le coût de la pose est de 700€ à 2000€.
  • pompe à chaleur sol/sol : l’installation coûte entre 1500€ à 2250€.

Comme pour tous types de travaux, n’hésitez pas à réaliser plusieurs devis et à comparer les prix. Par ailleurs, référez-vous également à la fiabilité et à la réputation du professionnel au moment de faire votre choix. Mais ne cherchez plus ailleurs ! Confiez vos travaux aux professionnels de Vecteur Énergie pour une installation conforme aux normes de sécurité.

À noter que le recours à un artisan certifié RGE est l’un des critères à respecter pour bénéficier des aides financières accordées dans le cadre de l’installation d’une pompe à chaleur. 

Les aides de l’État pour une pompe à chaleur

 La pompe à chaleur fait ainsi partie des appareils de chauffage utilisant des énergies renouvelables, tout comme le chauffe-eau solaire ou le poêle à bois. Le gouvernement encourage son installation en rénovation, afin de réduire la consommation d’énergie des foyers français. L’objectif est de mettre fin, de manière progressive, aux logements énergivores.

Néanmoins, toutes les pompe à chaleur  ne sont pas logées à la même enseigne. Vous pourrez avoir droit à plusieurs aides pour l’installation d’une pompe à chaleur sol/eau, eau/eau, air/eau. Toutefois, vous ne bénéficierez d’aucune aide si vous optez pour la pompe à chaleur  air/air. En effet, l’État privilégie les solutions de chauffage performant, plutôt que les solutions de climatisation. Chez Vecteur Energie, nous vous aidons à trouver l’aide la plus adaptée à votre besoin, pour lancer votre projet énergétique.

MaPrimeRénov’

Lancé à partir du 1er Janvier 2020, ce dispositif remplace le crédit d’impôt transition énergétique et les aides de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat). Il s’adresse à tous les ménages, les copropriétés et les propriétaires bailleurs. Pour bénéficier de cette aide, le logement doit être occupé en tant que résidence principale. Le montant de la prime sera ensuite calculé en fonction des revenus et du gain écologique des travaux.

Bon à savoir 

En raison d’un changement de dispositif des aides en 2021, les offres à 1€ ne sont plus disponibles. En effet, le crédit d’impôt (CITE) qui donnait droit à ces offres attractives est aujourd’hui remplacé par MaPrimeRenov’.

 « Habiter mieux Sérénité »

Il s’agit d’une aide proposée par l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat). L’aide s’adresse à certains ménages aux ressources modestes et très modestes, aux propriétaires bailleurs, aux syndicats de copropriétaires et aux propriétaires occupant un logement individuel. Le financement varie en fonction du montant des travaux, mais ne doit pas dépasser les 18.000€. Les logements doivent être occupés à titre de résidence principale et âgés de 15 ans.

Eco-prêt à taux zéro

Cette aide permet de financer la rénovation énergétique d’un logement, sans payer d’intérêts et sans faire d’avance de trésorerie. L’aide s’adresse aux :

  • Personnes physiques propriétaires occupants ou bailleurs
    • Sociétés civiles non soumises à l’IS (impôt sur les sociétés)

Il faut que le logement (maison ou appartement) soit déclaré comme résidence principale et acheté avant le 1er Janvier 1990.

Coup de pouce économies d’énergie

Ce dispositif s’adresse aux ménages en situation de précarité énergétique. Il se décline en deux types d’aides :

  • La prime Coup de pouce Chauffage
  • La prime Coup de pouce isolation

Le montant est calculé selon le niveau de ressources des ménages. Cette prime peut être cumulée avec MaPrimeRénov’ et l’éco-prêt à taux zéro, mais sous certaines conditions. Toutefois, elle n’est pas cumulable avec les aides de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Par ailleurs, elle ne peut non plus être associée aux offres des acteurs éligibles du dispositif CEE.

Aide issue des entreprises de fourniture d’énergie

Les entreprises de fourniture d’énergie (Total, EDF, Engie…) proposent des aides pour les travaux d’économies d’énergie. Ces travaux doivent, toutefois, être effectués par un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE). Ces aides s’adressent à tous : propriétaires ou locataires. Le logement peut être soit une résidence principale soit une habitation secondaire. Il existe plusieurs formes d’aides :

  • Conseils – diagnostics
    • Prêt à taux bonifié
    • Mise en relation avec des artisans qualifiés
    • Prime

Exonération de la taxe foncière

Certaines collectivités proposent des exonérations temporaires de la taxe foncière des foyers qui réalisent des travaux d’économie d’énergie. L’exonération peut être totale ou partielle. Les logements doivent être achetés avant le 1er Janvier 1989 et achevés avant le 1er Janvier 2009.

TVA à 5,5%

Pour vos travaux de rénovation, vous pourrez bénéficier d’une TVA à taux réduit à 5,5%. Cette aide est destinée aux :

  • Propriétaires occupants
  • Bailleurs
  • Syndicats de propriétaires
  • Locataires
  • Occupants à titre gratuit
  • Sociétés civiles immobilières

Pour bénéficier de cette aide, il faut que le logement ait été achevé depuis plus de 2 ans. Appartement ou maison, celui-ci peut être occupé aussi bien à titre principal qu’à titre secondaire.

Où placer l’unité extérieure d’une pompe à chaleur ?

Le choix de l’emplacement d’une pompe à chaleur  ne se choisit pas au hasard. Une pompe à chaleur exige, en effet, peu de travaux ou d’aménagements. Elle peut donc s’installer facilement dans le logement, à condition de considérer les points suivants :

La taille de la pompe à chaleur

Le fonctionnement de la pompe à chaleur  requiert de la place en dehors de l’habitation. L’espace doit, avant tout, être assez grand pour pouvoir accueillir le module extérieur captant les calories.

Le respect du voisinage

L’unité extérieure peut émettre un niveau sonore, pouvant gêner le voisinage. Pour éviter tout conflit, il convient de mettre l’unité extérieure du côté où elle génère le moins de nuisances sonores possible. Et bien entendu, pour ne pas gêner votre propre confort, il est aussi conseillé de placer l’unité extérieure loin des fenêtres de chambres. À titre d’exemple, vous pouvez l’accoler à un garage ou à une salle de bain.

Il convient, en outre, d’orienter correctement le module. Ne le placez pas dans un recoin ou trop près d’un mur. Cela officierait comme caisse de résonance. Ainsi, le bruit de l’appareil risque de s’amplifier. Par ailleurs, plusieurs solutions sont possibles pour atténuer l’impact sonore de l’appareil. Cela permet de désolidariser l’appareil du bâtiment et diminuer, ainsi, la propagation des vibrations :

  • Les écrans phoniques
  • Les plots anti-vibratiles

À noter que selon les règlementations, les nuisances sonores ne doivent pas dépasser :

  • 5dB (A) en journée : de 7h à 22h
  • 3dB (A) la nuit : de 22h à 7h.

L’environnement visuel

Bien qu’économique, la pompe à chaleur  n’est pas un système de chauffage très esthétique. Visuellement, celle-ci peut donc gâcher la vue dans votre jardin. Il est, de ce fait, préférable de poser l’unité extérieure dans un endroit à l’écart. Veillez, en outre, à éviter les zones de passage, comme les terrasses, pour ne pas abîmer la machine. Et si vous habitez en copropriété, il est plus judicieux de vérifier si l’installation d’une pompe à chaleur  dans votre jardin est autorisée.

Les paramètres météorologiques

Divers paramètres météorologiques doivent être considérés pour choisir le bon emplacement de sa pompe à chaleur. Tout d’abord, il est fortement déconseillé d’implanter la pompe à chaleur  sous l’extrémité d’un toit. En effet, en cas de gel ou de neige, la glace risque d’endommager la machine.

Vous devez également tenir compte des vents dominants. Comme nous l’avons déjà dit, l’unité extérieure doit être placée à l’abri des grands vents. En effet, ceux-ci risquent de frapper le ventilateur. Ce qui peut endommager le moteur et provoquer une rotation inverse. Pour protéger la pompe à chaleur  du vent, pensez à l’installer dans un local semi-ouvert.

L’orientation de la pompe à chaleur 

Puisque c’est la chaleur de l’air que vous voulez capter, il convient d’installer l’unité extérieure de la pompe à chaleur du côté le plus chaud de la maison. Choisissez un endroit plutôt au sud et à l’abri des vents dominants. Si l’emplacement au Nord ne peut être évité, vous devriez installer un traceur fond de bac pour accélérer les dégivrages.

À noter

Il existe certaines règles d’implantation pour positionner l’unité extérieure. Vous devez procéder à une déclaration de travaux si vous souhaitez installer l’unité extérieure sur le balcon. Il vous faudra, en outre, l’approbation des autres copropriétaires.